La fin de "Premier rôle"

Bonjour à tous,

J'ai hésité à poster ce billet, mais je continue à recevoir des messages privés sur les réseaux sociaux au sujet de la fin de "Premier rôle". Ce dont je suis ravieeeee, n'en doutez pas mais quand j'ai vu que je recevais encore des messages suite à la lecture de la fin de la série quelques semaines après, j'ai fini par lancer une discussion sur Facebook et je souhaitais que mes réponses restent disponibles pour tous.

Je vais reprendre les questions les plus courantes dans l'ordre, avec méthode... non, ne rêvons pas !!





SI VOUS N'AVEZ PAS LU LA FIN, JE VOUS CONSEILLE D'ATTENDRE POUR LIRE TOUT CE QUI SUIT !






Anne : Fanny, est-ce que dès le départ, tu avais dans l'idée de faire cette fin ?

OUI !!! Je le mets en gras que ça soit bien clair. Non, je n'ai pas cédé à la pression de mon éditeur ou que sais-je.
La première mouture du roman en 2010 n'était pas aboutie. Je n'avais pas encore décidé de faire un triangle amoureux. J'avais pensé à la double fin sans oser l'écrire, car ça ne "marchait pas", mes lectrices ne doutaient pas, elles aimaient un seul des héros. Quand j'ai envoyé en 2014 le livre à Milady il y avait donc une seule fin. Milady a décidé de publier ce roman, mais en me prévenant que nous devions effectuer ensemble un travail de fond pour rendre ce "trio" efficace.
J'ai discuté avec mes éditrices de tout ça (c'est tout l'intérêt de cette collaboration, ainsi on peut prendre de la distance et comprendre les failles grâce à un avis externe et pro), et elles m'ont proposé de le retravailler en profondeur pour rééquilibrer le roman : d'ajouter des scènes, de définir beaucoup plus mes personnages, en particulier la dynamique de chaque relation (Thia/Maden // Thia/Jackson). Chaque héros prenant de l'épaisseur, il y avait plus de chances, a priori, que les lectrices hésitent, comme l'héroïne, ou choisissent l'un ou l'autre. Et là, la double fin semblait une bonne idée pour elles.
J'ai donc réécrit... presque 60 % du roman ? J'ai retravaillé des scènes existantes, allongé/coupé/transformé, rajouté de nombreuses scènes... un gros boulot, surtout que vu la longueur du roman, c'est devenu une série.

Belinda: La fin proposée était-elle pour ne léser personne ?

Non, et je ne suis pas sûre que j'aurais atteint mon but si tel était le cas. Pourquoi une double fin ? Parce qu'elle répond, selon moi, au but profond d'un triangle amoureux. L'auteur a fait de son mieux pour créer deux choix/deux histoires parallèles crédibles, deux héros qui en valent la peine, qui ont gagné le cœur de l'héroïne. Soit on part du principe que l'un n'était qu'un faux semblant et on impose l'un ou l'autre (en écoutant les lectrices ou pas)... soit on va au bout de l'idée et on propose les deux fins, car votre héroïne aime deux personnes. C’est ainsi que je l’ai imaginé. Peut-être pas de la même manière et c’est tout l’intérêt, mais réellement. À force de décrire leurs histoires, j'avais dans ma tête deux fins qui étaient dans la suite logique de leurs aventures. L'une romantique, l'autre compliquée, plus déchirante et passionnelle.
Si le livre fonctionne, l'un des héros vous a parlé et, du coup, sa fin a tout son sens, l'autre vous semble moins cohérente. Peut-être que ce n'est pas – sûrement, en fait – parfait, mais j'ai travaillé les deux avec autant de soin. J'ai lu une interview d'un artiste que j'admire, Alexandre Astier. Même si évidemment je ne peux me comparer à un gars pareil qui est plutôt génial, il disait (je résume le propos était plus complexe évidemment et bien détaillé ) que quand on délivre une oeuvre le boulot de l'auteur est de surprendre pas de donner ce qui est attendu de lui... peut-être que pour le coup c'est un peu ainsi que je me suis positionné. Comme pour "Un amour marqué", j'ai bien lu la déception de certains, mais c'était selon moi cohérent dans ce récit. Quitte à dérouter un peu...

Je pense que c'était un risque mais aussi le choix logique sur ce roman-là. Surtout que la configuration du triangle fait que personne n'est jamais content par définition. Quelques lectrices ont trouvé l'idée inédite en romance, mais cela reste un principe connu dans les livres "dont vous êtes le héros", où on propose au lecteur de s’investir plus activement dans le récit. Et ça me semble assez cool, non? ;)

On a essayé de deviner la fin unique d'origine qu'a reçue mon éditeur pour trouver quelle était "la bonne". Et je vais enlever tout suspense à ce sujet : aucune de celles que vous avez pu lire ! J'ai dû tout réécrire, je l’ai dit, la fin aussi car elle ne collait plus au roman retravaillé.

R.B : Une question : aviez-vous un préféré entre Maden et Jackson ??
Nadia :  Je ne te demande pas de dire laquelle est la bonne, mais tu dois bien avoir un coup de cœur pour l’un des deux…

Ma fin ou mon héros préféré... je ne sais pas. Ne levez pas les yeux au ciel ! C'est vrai, je suis désolée que personne ne me croie. Pour écrire une romance qui marche, il faut "craquer" un peu pour son héros (je crois).
À titre personnel, j'adore la relation de Maden et Thia basée sur le non-dit, les références culturelles, où tout passe par des chansons, des films… que je vous encourage à écouter/lire, pour comprendre la double lecture. Il est un peu écorché vif et passionné, ceux qui ont lu "Un amour marqué" savent que j'aime ce genre de perso, Baile aussi est un peu ainsi. Les scènes avec ce personnage sont plus compliquées à trouver, à mettre en place, mais j'en suis aussi satisfaite car j'y vois des trucs un peu inhabituels. Je pense au "portrait chinois" par SMS et cet unique mode de communication pour se parler, se séduire... j'ai adoré tenter ça.
Pour Jackson, j’ai aussi lu qu’il était trop "parfait"... je ne le crois pas. Il joue beaucoup à faire semblant que tout va bien, que rien ne le touche et au type détaché. C'est un peu une technique de fuite, de défense. Il se protège même s’il prend petit à petit plus de risques, leur histoire dure un an et demi, presque deux ans. Il ne jette pas tous aux orties sans réfléchir ! (heureusement, ça serait plutôt inquiétant et irréaliste si on y réfléchit ;) ). J’adore aussi sa folie, son côté décalé. J'ai toujours eu envie d’écrire ce genre de personnage, tout en délires et autodérision.
C'est aussi un type de héros que je trouve intéressant, un gars pas possessif et jaloux, capable de s'oublier, de mettre l'autre en priorité. Les héroïnes de romances sont souvent ainsi, pas les hommes. Je trouvais le pari intéressant, mais je me doutais que le mystère qui entoure Maden, absent au final une bonne part de l'histoire, serait plus traditionnel en romance, peut-être plus captivant pour certaines (et si je l’ai écrit ainsi c’est bien car j’adore aussi ce genre de persos ! avouons-le ! ;) ).
Donc, mon préféré ? Je ne sais pas. J'aime les deux j'ai presque l'impression d'avoir deux livres en parallèle et j’ai pris du plaisir à écrire ces deux chemins. Avec Jackson c'était simple, fluide comme si ça s'écrivait tout seul, avec Maden je bataillais et craquais sur certaines idées, qui me semblaient de belles métaphores (la zone de transit, la scène de l'échange de texto dans le 4ème épisode en portait "chinois").
Si ce n'était pas le cas, j'aurais sans doute abandonné la fin actuelle pour une forme classique une seule voie unique et l’un des deux n’aurait pas « mérité » d’être heureux dans ma tête… mais là, si. Quelles que soient leurs erreurs.

Geneviève : Va-t-il y avoir des scènes bonus à nouveau ?

Oui ! C'est prévu, j'ai beaucoup de travail, je ne l'ai pas encore fait. Je sais que tout n'est pas dans le roman, mais il y aura des bonus ;) sur Jackson/sur Maden... sur Hobo ? à voir :p


Dâme : Pourquoi pas un couple à trois, un "threesome" ?

Parce qu’en romance à l’heure actuelle ça semble compliqué (pas impossible, mais sans étiquetage « romance érotique » j’ai un doute), pour me montrer pragmatique. Ensuite, peut-être parce que je crois le personnage de Maden incapable d’assumer un tel choix. Sinon l’histoire aurait été différente pour lui et Thia, non ? ;)
Je peux consulter Jackson sur le sujet et vous faire suivre sa réponse par contre… :p

Lydie : Une suite ?

C'est en réflexion ! Vous vous en doutez (ou pas ?) si je considère les deux fins comme vraies, j'ai aussi des idées pour deux saisons 2. Une saison centrée sur Thia/Maden, un autre sur Thia/Jackson. Donc ça représente un énoooooorme travail de créer deux univers parallèles où des événements vont se dérouler des deux côtés et où toute l'histoire sera différente. Comme de faire deux romans avec toujours la même héroïne. (C'était aussi mon idée dès le départ, avant qu'on me le demande ;))

Pourquoi c'est difficile : beaucoup-beaucoup de boulot pour moi (et par répercussion avec l'éditeur). Une saison a déjà demandé un travail considérable, alors deux... C'est aussi un risque important. Peu de lectrices décideront de continuer des deux côtés et ne suivront qu'une seule des facettes de l'histoire. Cela mérite réflexion et une bonne dose de recul, voir si les deux seront aussi intéressants, si c'est réellement envisageable.
Donc rien n'est fait!


Fin de cette petite session de questions/réponses. Merci d'avoir lu "Premier rôle", de ne pas avoir été indifférents, c'est déjà un chouette cadeau pour un auteur :)

See you!

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *