Premier tag littéraire

A la base, j'ai répondu à ce tag sur le réseau Facebook, mais pour les allergiques, voici la retranscription des réponses (avec des gifs en plus, donc beaucoup plus sympa ! car comme beaucoup d'entre nous j'ai un penchant "gif").


J’ai été taguée par Rose Morvan pour révéler 7 points de ma vie d'auteur. J'ai pris ça au sens large et pas 7 dates marquantes mais des petits détails (ou pas) de ce qui a trait dans ma vie à l'écriture.




Je ne jure pas que ça soit intéressant et en plus c'est un peu longue

1. J’ai découvert récemment la notion « jardinier », « architecte » (notion développée par George R.R. Martin), je suis largement une jardinière, j’ai une trame, mais je n’ai pas forcément la fin (oui, je sais, ma vie est folle, n’est-il pas), en général au cours de l’écriture l’histoire principale et secondaire se mettent en place assez vite et je sème des indices pour y arriver. Si mes personnages n’en font qu’à leur tête, en contrepartie, je passe beaucoup de temps à reprendre le tableau et à vérifier la cohérence, l’enchaînement, ajouter, enlever… Certaines histoires sont plus détaillées, mais je n’ai jamais toutes les clés dès le départ. C’est peut-être pour ça que j’écris, pour savoir comment finissent mes histoires ^.^.



2. J’ai écrit très tôt, même toute petite, des histoires plus ou moins longues, j’ai écrit des dizaines de nouvelles à quatorze ans dont je ne garde aucun souvenir. C’était presque de l’écriture automatique à ce stade (ceci dit c’est l’époque où je lisais André Breton et « Nadja », ceci explique peut-être cela). Je me suis même essayée à la fan-fiction. Certaines des personnes inscrites sur cette page m’ont peut-être connue à cette époque.


3. Mon premier roman à être édité était une histoire pour enfant sur la vie d’un chien et mon père a été mon premier éditeur. Je sais, tout le monde n’a pas cette chance émoticône wink merci à lui pour ce premier « oui » dans le monde de l’édition, capital dans mon parcours.


4. L’écriture est peut-être un peu dans les gênes ; l’une de mes grands-mères qui a très peu fréquenté l’école a écrit des cahiers entiers de son histoire, malgré une écriture presque phonétique, cette œuvre familiale est bien gardée depuis. Mon autre grand-mère aussi avait son cahier et j’ai lu le prologue de son roman inachevé, j’en garde un beau souvenir. Enfin, ma mère était plus dans la tradition de la transmission orale des conteuses et a inventé des dizaines d’histoires sous pseudonyme.


5. Si un jour j’avais assez de temps à perdre (donc pas avant 1000 ans), j’ai déjà le titre de mon roman autobiographique… si, si…


6. Après une grosse période d’écriture, rien de mieux que de la musique à fond et un moment défouloir en règle ! J’ai même plusieurs types de playlists d’écriture et mes romans eux-mêmes sont souvent source de playlist. Je vous les dévoilerai peut-être…


7. J’ai une certaine addiction au thé pour écrire. Et même si mon petit moi d’écrivain essaie de me convaincre qu’une addiction au chocolat serait une très bonne idée… oui, mais non !


En prime : c’est quoi « mon petit moi d’écrivain » ? Comme l’ange et le démon sur les épaules, mais version écrivain, comme un petit « playmobil » mini-moi surexcité qui hurle des idées et me pousse à écrire dans tous les sens alors que ce n’est pas bien sage.
Un peu dans ce genre :


Je propose à Enel Tismaé et Florence Chevalier  de répondre à ce tag à leur tour

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *